Simone Veil et le professeur Robert Debré ont inauguré un équipement moderne inspiré de la réforme de 1958

26 janvier 1976.-Boycott de chef de clinique, manifestation contre la loi sur l'avortement " génocide" , mouvement de grève déclenché par le syndicat CGT et CFDT hospitalier pour dénoncer un manque de moyen et de coupe ombre dans le budget de fonctionnement du CHU, cordon de CRS; on ne peut pas dire que l'inauguration du nouveau bloc médico chirurgical du CHU s'estfaite dan la sérénité.

Et pourtant, en lançant en juillet 1972 la construction de ce nouvel équipement, Jean Taittinger sait qu'il réalise enfin un équipement de dimension régionale. " Complexe comme un port avion mai avec le confort d'un transatlantique" se plaît à dire le directeur M.Albert Piveteau.

En 1935, le président Albert Lebrun avait inauguré un hôpital Maison-Blanche à moitié terminé. Quarante et un ans plus tard Simone Veil, Ministre de la santé, accompagnée du professeur Robert Debré qui donne son nom au CHU inaugure un équipement très moderne, tout à fait dans l'esprit de la réforme de 1958 instituant un Droit à la santé et préconisant une humanisation des hôpitaux.

211 millions de francs (32,1M€)

Réalisé en moins de quatre ans, le bloc médico chirurgical de huit niveaux abritant 792 lits a nécessité 1,6 millions d'heures de travail, occupé plus d'une cinquantaine d'entreprises et côuté 211 MF. " Tout a été conçu pour le malade ou le blessé, pour la commodité et la sécurité de personnel; tous les équipements ont le fruit de recherches les plus avancées, de techniques les plus récentes et les plus originales " explique le maire. La salle d'opération esst digne de celle  de Lo Angelès ou de Phoenix écrit le rédacteur de l'union.

Durant trois heures, attentive, Simone Veil va passer devant " La charte du malade " qu'elle a rédigée, viiter la plupart des services, enfiler une blouse violette aux soins intensifs, évoquer le bienfait de l'humanisation.  " Ce n'est rien d'autre que l'ensemble de moyens permettant aux malades d'être bien soignés sans jamais cesser de sentir des  êtres humains;  comme au personnel d'accomplir leurs tâches dans des conditions dignes de notre pays et de notre temps." 

Avec une capacité hospitalière globale de 4.000 lits, dix écoles regroupant 750 étudiants, 350 étudiants stagiaires, Reims confirme sa vocation régionale. Restait à régler le délicat problème de pénurie de personnel infirmier. En 1976 le CHU a accueilli 40 000 malades. 

Jean Taittinger n'oublia pa de remercier le comité Boton qui " investi 1,5M de dollars en vingt ans pour l'Américan mémorial hospital plus 400.000 dollars pour la chirurgie infantile. " Admirable aussi.

Alain MOYAT