1986 L'ange a frémi

8605 - accident cathedrale

4 juillet 1986.-20 h 30 sur le parvis de la cathédrale. A l'occasion du festival d'été, plusieurs montgolfières doivent s'envoler devant Notre-Dame. Hélène Dorigny accompagnée par Edmonde Baes décollent. 

Le ballon monte, monte vite. Soudain, il est rabattu sur l'une des tours, il s'accroche. La nacelle reste en équilibre sur une corniche. Les spectateurs ont peur, très peur.

Après quelques minutes tout le monde est rassuré. Les occupants de la nacelle descendent finalement par l'escalier intérieur de la cathédrale. 

Le groupe spéléo des sapeurs pompiers, dans une délicate intervention parviennent à détacher l'enveloppe prise dans les pierres de l'édifice. Sans dégât. Jean-Louis Schneiter, président du district félicite les pompiers pour " avoir sauvé l'intégrité du premier édifice de Reims." 

 

1987 Près de 100 000 personnes pour le départ du Paris Dakar

8705 - paris dakar

Décembre 1987.- Hubert Auriol avec son Buggy ou Jacky Ickx au volant de sa Lada sont très entourés;  Vatanen, Tambay, Darniche, Jabouille et Laffite aussi. L'idée d'Alain Grossmann, ancien rémois, de " Thierry Sabine organisation"  et de Jean-Michel Vernier, adjoint au maire, président de " Reims-Paris-Alger-Dakar" de réaliser les contrôles techniques du 10e Paris-Dakar au Parc des expositions est un immense succès. En deux jours ce sont près de 100.000 passionnés d'automobiles qui viennent voir leurs vedettes et vibrer avec leurs exploits.

Au volant d'un tout nouveau véhicule: la 405 turbo 16, Henri Pescarolo  ne passe pas inaperçu, qui doit signer et signer encore des autographes. Un coup de chapeau est donné à deux rémois: Sylvain Scheid et Roger Sauvez qui au volant d'un camion " ville de Reims" transporteront à destination d'une école de Bamako (Mali) et Niaga (Sénégal), des médicaments, du matériel scolaire, des postes de soudure etc. Émotion enfin avec un hommage rendu par la ville qui inaugure une " rue Thierry Sabine" en présence de Gilbert Sabine.

 

1987 Four à bois pour les biscuits roses

8704 - biscuits roses

Décembre 1987.-En cette fin d'année l'union rend visite à la maison Fossier, Boulevard Jamin,  où sont fabriqués avec amour et passion les fameux biscuits roses, " ambassadeurs croustillant de la ville des sacres" .

Si un four industriel livre chaque année sur un tapis roulant de 20 mètres de long quelques 960.000 douzaines de biscuits roses, les biscuits roses haut de gamme sont cuits dans un four traditionnel chauffé au bois. " Chaleur douce, cuisson courte, il faut à peine 17 minutes pour saisir et rosir le biscuit avant étuvage" , explique le rédacteur.

Tendre à sa sortie du four, le biscuit doit encore passer une heure dans une prison tiède pour prendre sa consistance finale. Plus de 56.000 douzaines de ces biscuits fabriqués traditionnellement bénéficient d'un écrin de luxe pour es boutiques haut de gamme.

 

 

 

 

 

 

 

1988: 15 000 spectateurs pour admirer l'oiseau blanc

8806 - concorde

Dimanche 5 juin 1988.-Malgré les avertissements, les automobilistes ont tout de même pris leur voiture. Tout le monde veut voir. Bilan, ça bouchonne dur sur la départementale 74. Les plus malins ont pris les navettes de bus.

Et ce sont ainsi près de 15 000 personnes qui se retrouvent autour de la piste de l'aéroport Reims-Champagne pour admirer le plus bel avion du monde: le Concorde. Invité par le service promotion de  l'union, la Chambre de commerce et plusieurs grosses entreprises rémoises, le supersonique, majestueux,  est au rendez-vous. Cent passagers privilégiés ont déjà fait le voyage depuis Roissy.

Piloté par Edouard Chemel, commandant de bord, l'oiseau de 25 mètres de long tournera près d'une heure et demi dans le ciel rémois avant de repartir à Roissy avec 100 autres passagers.

 

1989 Méli-Môme: premier festival de l'enfance

En 1989 Joël Simon misait sur la continuité et la qualité.

Avril 1989.-" C'est pour rire, mais c'est très sérieux" .Venu de Lorient, Joël Simon basé  depuis trois ans au Foyer de jeunes et d'éducation populaire de La Neuvillette est persuadé  qu'il y a à Reims la place pour un festival de l'enfance, un festival jeune public : " Merveilleuse source d'enrichissement et un enjeu pour l'avenir" . Avec une équipe constituée de Danielle Prodent, Florence Arnoud et Marie Loillier, le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles et de la ville il crée Méli-Môme. Théâtre, mime, chansons, conférences : " Il s'agit de proposer une approche plus culturelle en montrant des créations où l'enfant est considéré comme une personne capable de réfléchir. Des spectacles différents de ce qu'ils peuvent voir à la télévision." 

 

 

 

 

 

 

1989: Reims fait sa Révolution

8907 - bicentenaire

Jean Falala, maire de la ville des Sacres accueilli par Louis XVI et Marie-Antoinette; une kermesse des écoles laïques avec pantalons courts et bonnets phrygiens: l'année du bicentenaire de la Révolution française a été fêté comme il se doit en 1989 à Reims.

On retiendra plusieurs images fortes de cet anniversaire: le défilé du samedi 13 juillet rue Libergier, avec chars et des sapeurs pompiers en bleu-blanc-rouge brandissant des flambeaux de la Liberté; " Les feux d'une Révolution " au Parc Léo-Lagrange, juste après le concert de Gérard Lenorman; " Les Automnales "place de la République avec un superbe spectacle laser Art et lumière du Cnat sur la Porte Mars, le luchrone tout neuf et l'envol d'une montgolfière.

Les services de la ville participent aussi à l'événement avec des espaces verts aux sigles du Bicentenaire; la Caisse des écoles en proposant 5.000 rations révolutionnaires composées de salade germinale, poularde aigre-doux, frangipane et glace tricolore.

Plusieurs rémois fêtent l'événement dans la capitale. Un étudiant des Beaux-Arts Jean-Michel Laporte participe à la réalisation du gâteau du centenaire de la Tour-Eiffel. Des membres de la Phalange des cadets des sapeurs-pompiers, de l'harmonie municipale de Reims et les Dauphins de Saint-Brice se transforment en damier pour le spectacle de Jean-Paul Goude sur les Champs-Elysées.

La palme, ou plutôt le piolet revient à Bernard Germain et à Bernard Chavet qui montent jusqu'à un sommet de l'Everest culminant à 8.393m pour y planter la Déclaration des droits de l'Homme, avant d'ouvrir un flacon champenois. Historique.

Alain MOYAT