Légende photo: La cérémonie de fusion a eu son passage obligatoire. Au monument aux morts, en présence du drapeau des anciens combattants de La Neuvillette. )

"Cette fusion n'a pas été voulue pour augmenter la ville et le  nombre d'habitants du district, mais d'obtenir  un ensemble de communautés vivantes et dynamiques."

A deux mois des municipales,  Jean Taittinger n'est pas mécontent, le rattachement de la  Neuvillette, (commune indépendante depuis 1870), à la ville de  Reims a été vite fait bien fait. 

Le projet avancé sans enthousiasme par le maire M.Paul Calosso fin  septembre 1970 était argumenté. Comment faire face aux charges  financières générées par les équipements coûteux réclamés par la  population s'interrogeait l'élu. Projet d'une école de 12 classes  pour 1971, aménagement de trottoirs, d'aires de stationnement,  aménagement de la place de la mairie, rénovation de la maison  communale, impossible d'effectuer tous ces travaux sans augmenter  la charge fiscale. Et puis, les habitants étaient aussi demandeurs  d'un réseau de bus. Seulement, il aurait fallu éponger un déficit  annoncé de 200.000F/an.

M.Maillard, premier adjoint et Mlle Léandri s'étonnèrent bien de  tant " de précipitation" . M.Collinet regretta de pas avoir été  suffisamment tôt de ce projet. Il suggéra même l'organisation d'un  référendum. 

Mais on passa au vote. Par huit voix pour, deux contre et deux  abstentions, la fusion fut entérinée par le conseil de la commune  de La Neuvillette puis aussitôt par la ville de Reims 

En 1995, échéance électorales obligent, M.Maillard, conseiller  général tenta bien de secouer le cocotier des "  "autonomistes."En  vain. Jusqu'à la prochaine.

Alain MOYAT