5806 - copie

Depuis sa difficile victoire en Coupe de France, le stade de Reims est sur un nuage. Vainqueurs de la coupe Drago (1953-1954), champion de France de 1 division l'année suivante, finaliste malheureux de la coupe d'Europe (1956-1957) et contre le Real Madrid, les Rouge-et-blanc vont écrire en lettres d'or les plus belles pages du club.

Champions de France 1957-1958, les Rémois emmenés par Jonquet vont en effet croquer les crocodiles Nîmois en finale de la coupe de France. Si les deux équipes firent jeu égal jusqu'à la 50 ème minute, l'algérien Mazzouz répliquant à un premier but du rémois Bliard, Just Fontaine redonnait l'avantage aux stadistes avant un doublé personnel de Bliard. Reims l'emportait finalement 3 à 1 au terme d'un match marqué par pas mal de blessures puisque victime d'une fracture de la jambe, le nîmois Schwager devait sortir après dix minutes de jeu, laissant son équipe évoluer à 10 tout le long du match puisque à cette époque, le 12e homme remplaçant n'existait pas.

Reims se faisait des frayeurs aussi en fin de match quand le goal Colona passa à l'aile gauche pour remplacer Akesbi blessé, laissant les cages à Vincent!

Fontaine canonnier du Mondial

(Légende photo: Fontaine et Kopa à l'entraînement au Parc Pommery)

A une époque où l'équipe de France aurait pu s'habiller en rouge et blanc tant l'ossature rémoise y était importante, la coupe du monde en Suède est marquée par un feu d'artifice de buts. Colonna, Jonquet, Penverne, Bliard, Fontaine, Piantoni, Vincent et Kopa font partie de la fameuse liste des 22 présélectionnés.

Colonna devra ronger son frein sur la touche, Bliard, blessé regardera les matches sur le banc de touche. Tous n'auront d'yeux que pour "Justo " , l'homme canon qui totalisera 13 buts à son actif. Le droit de gagner un fusil et surtout le titre de meilleur qui n'a pas encore été battu de meilleur buteur du Mondial.

Vaincus 5 à 2 contre le Brésil de Pelé en demi-finale, les Français écraseront l'Allemagne 6 à 3 pour terminer en bronze.

Fontaine et les Rémois dynamitent les défenses en cette année 1958. La 2e coupe de France est un apéritif avant le Mondial.

Alain MOYAT