6010 marty2

9 mai 1960.-Mai 1960: Dieu a souhaité rappeler à ses côtés  Monseigneur Marmottin. Le prélat qui a 85 ans sert Reims depuis  août 1940. Mais son évêque coadjuteur François Marty qui l'assiste  depuis décembre 1959 a une grande mission à mener désormais au  sein d'une église en peine à prendre un sérieux virage dans une société qui bouge. 

Au volant de sa 2 cv grise cahotante qu'il pilote tranquillement  en soutane, François Marty, le 105e pontife de l'église de Reims  est prêt. Il a 56 ans. Il a déjà la côte auprès des Rémois qui  apprécient sa simplicité, son sens de l'écoute et son accent fort r..rrocailleux de son Aveyron natal. "Quand il y avait une  procession et que le stade de Reims jouait, il écoutait les  résultats sur son petit poste " se souvient l'ancien maire de Reims 

Jean Falala. "Au stade, il se mettait avec les gens dans la  tribune Méano." Apprécié des humbles, il lui restait à apporter  une bouffée d'air frais au sein de la communauté chrétienne et du  clergé.

Fils de paysan

Inutile de retracer la biographie complète de cet humble. Sachez  seulement qu'issu d'une famille de paysans de Pachins, après une  formation dans les séminaires de Graves et de Rodez, François  Marty, Dr en théologie avec "la revue du clergé français et le  modernisme" est ordonné prêtre le 28 juin 1930.

Curé, vicaire, il  exerce son sacerdoce à Rieupeyroux, Rodez, etc avant de devenir  évêque de Saint-Flour en 1952.

Simple, gentil, doué d'un grand sens de l'écoute, l'archevêque au  sourire généreux se laisse parfois, en petit comité, à parler en  langue d'oc. Son charisme dépasse les frontières puisque plusieurs  communautés africaines n'hésitent pas à le surnommer "le grand  marabout chrétien !"

Si l'archevêque porte le pallium (une bande blanche ornée de six  croix noires, symbole de la plénitude du pouvoir pontifical exercé en communauté avec le siège apostolique), il n'a pas la tête dans  les nuages. Il préside la messe pour la paix en 1962 en présence  du chancelier allemand Adenauer et le général De Gaulle.

Puis, avec ferveur et obstination,  et en s'appliquant déjà pour  lui même le message il va militer pour "une église en dialogue  avec les hommes, servante et pauvre."

En avril 1966 François Marty devient vice-président du conseil  permanent épiscopal. En 1967 il fait une intervention  sur la vie  des prêtres au synode des évêques.

Mars 1968, c'est plus la tristesse que la révolution à Reims.  François Marty est désigné par le pape Paul VI pour succéder au  cardinal Veuillot comme archevêque de Paris.    

Revenu au pays pour y terminer ses vieux jours, François Marty  meurt le 16 février 1994 au volant de sa 2CV heurtée sur un  passage à niveau près de Villefranche de Rouergue. Il avait 90  ans.

Alain MOYAT