5403 - pierre schneiter

Mardi 11 janvier 1955.- "Nous voilˆà une nouvelle fois entraînés par le flot" .  Informée par un coup de fil du préfet Chaussade que son mari Pierre Schneiter vient d'être élu président de l'Assemblée Nationale, donc le numéro 2 de l'Ƀtat, l'épouse du Rémois en oublie d'un coup le film "Zéro de conduite" qu'elle vient d'aller voir au ciné-club.

Une nouvelle tâche et des plus difficiles en perspective s'annonce au perchoir animé de la IVe République.

Ancien sous-secrétaire aux Affaires étrangères des cabinets Goin et Bidault (1946), secrétaire d'État aux Affaires allemandes et autrichiennes dans le gouvernement Schumann qui appréciait  "le conciliateur et l'homme d'action", ministre de la Santé (1948-1951),   représentant spécial du Conseil de l'Europe pour les réfugiés et les excédents de population en Europe, député depuis 1945, conseiller municipal, le Rémois Pierre Schneiter (MRP) compare le Parlement "à une cathédrale de la République". Il promet d'" être le serviteur de tous ".

Et la tâche fut des plus délicates. Plusieurs députés tentent en quinze jours de former un gouvernement : Antoine Pinay, Limblin, Pineau et Edgard Faure notamment. A tel point que Paul Raynaud propose de modifier la constitution pour remédier ˆ ces instabilités ministérielles.

Presque un an après avoir battu le socialiste SFIO Le Troquer au 3e tour de scrutin, Pierre Schneiter doit lui rendre la présidence le mardi 24 janvier 1956. Edgard   Faure démissionne. Guy Mollet est chargé de constituer le énième gouvernement.

Alain MOYAT