Deux pêcheurs rémois champion du monde d'endurance

9003 - pêcheurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Août 1990.-" La pêche est un sport. C'est une passion qui apporte  équilibre et confiance en soit."

 Forts de ce credo, deux Rémois Emmanuel Terrien et Nicolas Wiczewski tentent sur les berges du  canal de battre le record d'endurance de pêche en eau douce.  Suivis par le Dr Cusimano, un kiné et dopés à la vitamine C, les  deux pêcheurs qui ne prennent que deux heures de repos par jour et par alternance, remportent leur pari. Ils tiennent  finalement 15  jours. 

 Après, c'est vrai, près d'un an d'entraînement.

Une "pierre d'heure"  aux Six cadrans

9004 - pierre heures

 

Les Rémois avaient apprécié le luchrone, oeuvre d'art monumentale  réalisée grâce au soutien financier d'entrepreneurs regroupés au  sein de l'association " Prisme " . Ils découvrent avec un peu plus  d'interrogation " La pierre d'heures " plantée sur l'ancienne place  des six cadrans (rebaptisée Place des Loges Coquault). L'oeuvre  " originale, innovante, projet monumental " est le premier chaînon  d'un projet baptisé " Voie des sacres " prévoyant un aménagement  urbain entre la cathédrale et Saint-Remi.

Sur une base de pierre, le créateur: Christian Renonciat évoque à la fois le temps, la royauté, et la mesure du temps.  Installée l'ensemble a coûté 2MF. Quant à l'aménagement de la Voie des sacres, on attend toujours.

Alain MOYAT

 

1990 L'opération "Mon patrimoine" de Jack Lang s'envole en fumée...

9013 - lang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17 octobre 1990.-Deux ans après avoir mis en instance de classement les Halles au grand dam du maire Jean Falala, le ministre de la culture Jack Lang est à Reims pour lancer une opération nationale  baptisée " Mon patrimoine" .

 Il s'agit d'inviter les mécènes locaux à apporter leurs contributions à la conservation de la cathédrale de Reims. La barre a été placée haut par le directeur des affaires culturelles de Champagne-Ardennes. Il s'agit de trouver 40 MF (6M€) pour sauver 155 statues  monumentales de la cathédrale usées par le temps, le vent, la pluie et la pollution.

 Le maire et le ministre signent bien un protocole d'accord culturel par lequel la ville accepte de participer à la restauration du monument et de constituer une zone piétonne autour de Notre-Dame; l'Etat de réaménager le musée des beaux-Arts, d'apporter 16 MF(2,43M€) pour le Conservatoire et de  participer à une étude sur la réutilisation des halles. Pour la restauration de la statuaire de la cathédrale, les choses ne furent pas aussi simples.

 Volontaires pour apporter leur soutien financier  et des aides " à condition de pouvoir le faire savoir" , les maisons de champagne réduisirent  vite leurs actions de mécénat à la suite du vote de la loi Evin interdisant la publicité sur l'alcool.

 

Alain MOYAT

 

 1990 Mauvais dosage: des chevaux intoxiqués

Décembre 1990.-Panique dans les boxes de l'Association régionale  des cavaliers de Reims et de la région (Arcer). Les 38  propriétaires sont très inquiets :  deux chevaux sont morts  subitement et des dizaines d'autres ne se portent vraiment pas  bien. Acte de malveillance, maladie contagieuse, ils prennent vite  le taureau par les cornes, diligentent aussitôt des analyses  auprès de services spécialisés. Les chevaux présentent des  insuffisances cardiaques. Des toxines ont attaqué leurs cellules  musculaires et notamment le coeur.

Rapidement, l'enquête s'oriente  vers le fournisseur de nourriture pour les chevaux. Le résultat ne  tarde pas. Suite à une erreur dans la programmation de l'automate  chargé de choisir et de doser les composants entrant dans la  fabrication des granulés, des antibiotiques destinés aux volailles  et aux boeufs se sont involontairement retrouvés dans dix tonnes de granulés Royal Horse. Un véritable poison pour les chevaux. 

Elle versera plus de 4 MF (610.000€)aux propriétaires et au club qui accusa  le coup pendant plusieurs mois.

A.M

 

1991 Deux ministres pour une rentrée scolaire

9001 - ministres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Septembre 1991.-Le premier ministre Edith Cresson, accompagné par  Lionel Jospin, ministre de l'Education et Michel Guilbert,  secrétaire d'Etat aux handicapés font leur rentrée scolaire. En  Champagne.

 Après une visite prolongée au nouveau regroupement scolaire de  Rosnay, les responsables nationaux découvrent trois établissements  rémois. Au Lycée technique et scientifique de Val de Murigny,  Edith Cresson rappelle " l'importance de l'apprentissage et  l'avenir de l'enseignement technique." 

 Au Lep de Tinqueux, on se  félicite de la nouvelle orientation prise par l'établissement qui  se tourne vers les filières à  vocation industrielle. 

 Au collège  Saint-Remi, Michel Guilbert félicite les responsables de la  structure qui accueillent de jeunes sourds-muets.

 Défaut, manie ou obligation  inhérents à sa fonction, le Ministre  de l'Education évoque, devinez-quoi?  La nouvelle réforme scolaire  bien sûr qui touche cette fois le cycle primaire. Il parle aussi  de la rénovation des collèges et affiche un soutien appuyé à la  semaine de quatre jours.

 

Alain MOYAT

 

 1992 La passe de trois  pour Yéhudi Ménuhin

9205 - ménuhin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 " Sans la musique, on n'est rien du tout." Infatigable malgré ses  77 ans, Yéhudi Ménuhin donne trois concerts lors de la 3e édition des Flâneries musicales en 1992. 

Le public l'applaudit dans " Le Messie" de Haendel, puis dans un " concert pour violons en la mineur " de Bach donné avec l'orchestre  Yehudi Ménuhin school et enfin avec l'Orchestre national de  Saint-Pétersbourg. 

 

1994 Frédéric Toffolo, meilleur ferronnier de France

9409 - toffolo

 

 

Avril 1994.-Rémois d'adoption, l'Auvergnat Frédéric Toffolo, 32 ans,  créateur du département ferronnerie chez les Compagnons du Devoir de Muizon, est élu meilleur ouvrier de France en ferronnerie.

Son oeuvre qui a nécessité deux ans de travail, de dessins et de forge est un garde coprs stylé façon XVIIe siècle. Inspirée de balustrade de balcon vues au château de Versailles et au palais des ducs de Bourgogne à Dijon, la pièce qui fait deux mètres sur un porte en son milieu un monogramme aux initiales de son créateur: F.T.

 

 

 

 

 

 

 

1994 Nouvelles missions nouveaux personnels à la Ba 112

9402 - ba 112

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avril 1994.- Du nouveau sur les 542 hectares de la base aérienne  112 à Courcy. Après avoir été spécialisée dans des missions de défense aérienne, la base effectuera désormais des missions de reconnaissance aérienne tactique (renseignements électromagnétiques et prises de vue des théâtres d'opérations). 

 Dans le cadre de la restructuration des armées qui se poursuit, 405 militaires de la base aérienne de Strasbourg sont mutés à Reims dont 57 officiers et 311 sous-officiers. La base commandée par le colonel Bachelard est forte de 2.300 hommes. Elle dispose de 60 avions, 100 pilotes et 850 mécaniciens. 

 Les retombées économiques sont importantes pour le canton de Bourgogne. 

A.M

 

1994: 32 rois ont participé au défilé des fêtes Johanniques

9410 -fêtes johanniques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juin 1994.-Organisées à Reims depuis 1921, les fêtes johanniques constituent de loin la plus belle fête populaire rémoise. 

L'année 1994 n'échappe pas à la règle avec un ciel clément en prime, une fois n'est pas coutume.  Dans les pas des troupes folkloriques de Biélorussie et de Salzbourg 1 500 figurants défilent  de la basilique Saint Remi à la cathédrale. Jeanne d'Arc (Audrey Laroue) et Charles VII (Yves Guidet) ouvrent la fête suivis par   32 rois de France invités à faire revivre les grandes heures de Rheims, ville des sacres la bien nommée. 

 

La veille 3.000 personnes avaient déjà pu applaudir un superbe spectacle intitulé "Reims, mémoire de la France" avec pas moins de 160 figurants.

 

 1994 Le temps des inaugurations

 

9408 - conservatoire

1994.-Place d'Erlon Si on juge un maire aux nombres d'inaugurations qu'il  préside en fin de mandat, Jean Falala et son équipe ont fait très  fort pour aborder les municipales 1995. De la fin du mois de mai à décembre 1994, sont inaugurés trois équipements lourds.

Après deux ans de travaux la Place d'Erlon est livrée fin mai. Son  aménagement: 3 300 mètres cube de déblai, 4 230 tonnes  de grave bitume, 1 000  tonnes de terre végétale, 15 000 mètres cube de dallage, 650m de caniveau, 5  km de fourreau électrique  a coûté 36MF. Si au début le public  juge la place froide et grise, les problèmes ne tardent pas à arriver. Les pavés ont mal été posés. Les tilleuls argentés  meurent. Il faudra en poser d'autres. 

 

(légende photo: Vue aérienne du Conservatoire national de région, de musique et de danse)

130MF (19M€)pour le Conservatoire

Inauguré le 6 septembre le Conservatoire national de région, de musique et de danse est trois plus plus grand que le précédent.  Élaboré par les architectes Roubert-Dumont-Bléhaut, il peut  accueillir 1 350 élèves, possède un auditorium de 420 places. Il a  coûté 130 MF dont 105 MF à la charge de la ville. Dommage que son  parking privé ne soit utilisé qu'à mi temps.

271MF (41,3M€) pour le Centre des congrès

 

9404 - congrès

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de monde fin décembre  entre le parc de la Patte d'Oie  remodelé  et le canal pour inaugurer derrière Edouard Balladur le  centre des congrès Reims -Champagne.

Dessiné par l'architecte  parisien Claude Vasconi, le vaisseau a coûté 271 MF dont 236 MF  financés par la ville.

Passée la fête, la Cour des comptes  intervient pour signaler qu'il y a eu des dérives financières: une  différence de 66% entre le coût d'objectif de 150 MF en avril 1990  à 249,9MF en février 1992, + 45% par rapport àl'offre remise par  l'architecte du concours en 1992. 

La présidente de l'office de tourisme estime que l'équipement  génère 400 MF( 60,9M€) de retombées économiques et commerciales. 

Alain MOYAT

 

1996 Philippe Alliot parrain de moteurs passions

9612 - alliot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avril 1996.-Trente ans après le dernier grand prix de Formule 1 à Gueux, le premier salon " Moteurs passions" , premier salon de la compétition parrainé par l'ancien pilote Philippe Alliot séduit les Rémois.

Trial moto, kart, simulateur F1, baptême sur piste en voiture de rallye, dragster l'événement prend date dans le calendrier des manifestations populaires rémoises avec chaque fois des nouveautés.

 

 1997: 15 000 oiseaux bêtes à concours

Janvier-Février 1997.-Organisée par l'Union ornithologique de  France et l'Oiseau-club rémois, un championnat du monde réunit durant dix jours à Reims 2.000 éleveurs du monde entier. 

Quinze mille oiseaux de 150 espèces différentes rivalisent de  beauté et attirent près de 50 000 visiteurs. Les oiseaux sont  notés selon plusieurs critères: couleur, plumage, taille, forme,  port de bec, brillance de l'oeil. 

Mais ce sont les maîtres qui remportent coupes et médailles.

 

1997 Inauguration d'Europol'Agro

 

Mars 1997.-Dans la logique d'Europol'agro, le secrétaire d'Etat à la Recherche, François d'Aubert inaugureà  Reims le centre de  recherches agronomiques et le centre de physicochimie et de  biotechnologies agro industrielles.

Deux structures qui
accueillent notamment des cadres de l'INRA, deux outils " facteurs  de performance pour le futur " dans deux domaines vitaux pour notre  région: l'agriculture et la viticulture.

 

1997  Odette Petit une grande "super mamie" 

 

9603 -petit

Octobre 1997.-Qui a dit que les Champenois étaient des gens  tristes et froids? Bousculant les vieux clichés, Odette Petit, 77 

ans,  néeà Mareuil-le-Port, mais rémoise depuis ... toujours  obtient le premier titre national de "Super mamie"

Micheline Dax et Pierre Bonte, membres du jury ont craqué pour  cette jeune septuagénaire (77 ans et demi exactement)en salopette. 

Une vraie " Coluchette." Pétillante de bonne humeur, Odette Petit  n'a pas son pareil pour faire rire. Aussi drôle en Madonna qu'en   panthère rose, l'artiste amuse. L'artiste s'amuse aussi. Elle  avait appris le théâtre au patronage. En fait, elle le reconnaît,  c'est au  contact de la clientèle, au " bar du Mont d'Arêne"   qu'elle a appris le plus montant vraiment pour la première fois  sur les planches, à 59 ans, au 1 000 club du FJEP La Neuvillette. 

Arbres de Noël, foyers troisième âge, écoles, de fête en fête, de  spectacles en spectacle, Odette a gagné en confiance, musclé son  numéro. 

Patrick Sébastien l'a remarque. Il l'engage en première partie  d'un spectacle donné au Parc Léo-Lagrange. La route du succès est  toute tracée. Odette n'en a pas pour autant la grosse tête.

Alain MOYAT

 

 

 

 

1999 Eclipse: Les nuages  aussi au rendez-vous

 

9955 - éclipse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 11 août 1999.-A l'heure au rendez-vous, comme les nuages,  l'éclipse totale de soleil, L'EVENEMENT 1999 a été très suivi dans  la capitale des Flâneries musicales. 

 Mais selon l'endroit où ils  se trouvaient, lunettes bien placées devant les yeux, les  spectateurs (TF1 en a annoncé 500.000 mais la vérité se situe  plutôt près de 200 000) tous n'ont pas vu la même chose.

 Comblé ou  presque sur le parvis de la cathédrale avec en prime une Jessye  Norman qui a chanté à l'économie ou devant la basilique Saint-Remi  oû " l'éclipse " du créateur Eric Tanguy a répondu remarquablement avec l'orchestre de Bretagne au rendez-vous du soleil avec la  lune, le public s'est montré particulièrement bon prince. 

 Les tiroirs-caisse ont sonné Place d'Erlon.  Dans les poulailliers, quelques poules tournaboulées ont divergé  et pondu des oeufs auréolés de... soleil !

 

A.M.

 

 1999 Un stade Robert Pirès

9811 - pires

Dimanche 14 novembre 1999.-Qui a dit que les Rémois étaient froids? 

Trois mois après avoir salué avec enthousiasme la championne du monde d'hepthalon Eunice Barber, ils sont venus encore plus nombreux applaudir le champion du monde de football: le rémois Robert Pirès. Invité du premier tournoi " Reims qui gagne" organisé par l'Association pour le développement économique de Reims et de nombreuses entreprises,  le joueur de l'Olympique de Marseille a  eu le plaisir et l'honneur de donner son nom à un stade qui l'avait vu débuter à l'âge de 7ans: le stade de l'Entente sportive de Sainte-Anne.

Applaudissements, signatures d'autographes, avec toujours la même gentillesse, Robert Pirès s'est en toute simplicité prêté à son statut de star. Vainqueur à l'âge de 10ans du championnat de France poussins, le Rémois passe au collège Maryse Bastié . Élève de la section sports études du lycée Colbert il signe au stade de Reims en 1986 et porte avec honneur les couleurs rouge et blanche. Six ans plus tard il entre au centre de formation de Metz où avec son pote Cyril Pouget il fait vibrer les filets des buts adverses  et hérite du surnom " les PP flingueurs" . On connaît la suite.

Tandis que l'association Colbert Développement remportait le tournoi du jour devant 70 entreprises, Robert Pirès a fait un tabac en ville où il a été acclamé par des milliers de jeunes avant d'être officiellement fait " citoyen d'honneur de la ville" et de recevoir la grande médaille de la ville de Reims.

En juillet 2000, Robert Pirès fut aussi l'un des  héros français  de la finale du championnat d'Europe  en donnant un ballon en or à David Trézéguet qui n'avait plus qu'à crucifier le goal italien  pour offrir à la France le le titre tant convoité . Un exploit technique qui n'a pas manqué d'impressioner les dirigeants anglais d'Aarsenal qui l'ont pris dans leur équipe.

Alain MOYAT