8701 - frere arnould

 

D'origine modeste, mais très courageux, Jules Rèche, devenu novice chez les Frères des écoles chrétiennes sous le nom de Frère Arnould est décédé en 1890. Il a été proclamé bienheureux en 1987 par le pape.

 Le Cimetière du Nord abrite-t-il un Saint? " Pour cela, il faudrait un deuxième miracle ou plus exactement une deuxième guérison d'une personne qui aurait intercédé avec succès auprès de Frère Arnould. Une guérison stable et inexpliqué par le monde médical" explique le plus sérieusement du monde Emile Noirez, Frères des écoles chrétiennes.

En effet, s'il a été enterré en octobre 1980 dans le carré des Frères, au fond du cimetière du Nord, si les bombardements de 1914-1918 ont bouleversé sa sépulture, considéré de son vivant comme " un saint homme" , Frère Arnould, Jules-Nicolas Rèche pour l'état-civil a été proclamé Bienheureux le 1 novembre 1987 par le pape Jean-Paul II.  Un grand pas vers la canonisation. Sur les pas de Jean-Baptiste de la Salle, son prédécesseur chez les Frères des écoles chrétiennes présentes aujourd'hui dans 85 pays du monde.

L'exemple d'un charretier

Rien ne prédestinait Jules Nicolas Rèche, natif de Landroff (Moselle)a faire parler de lui. Fils d'une famille nombreuse il est condamné dès l'âge de 10 ans à travailler.

Successivement valet de ferme, cocher, il devient charretier sur le chantier de construction de la basilique Notre-Dame Saint-Remi de Charleville-Mézières. Et se plaît à cathéchiser ses proches.

Lors de cours du soir qu'il suit assidûment, il découvre les Frères des écoles chrétiennes dont il veut aussitôt suivre l'exemple. " Sa vocation tardive pour l'époque le conduit à Beauregard Thionville" explique Emile Noirez. Après un an au noviciat, désormais revêtu d'une soutane à rabats blancs, Jules Nicolas devenu Frère Arnould (du nom d'un ancêtre de Charlemagne) entre au pensionnat Saint-Joseph de Reims créé par les Frères.

Il enseigne l'agriculture, prépare des jeunes à l'école des Arts et Métiers. En 1877 désormais maître des novices, il forme de futur religieux au noviciat de Thillois (l'actuel lycée privé agricole).

Il suit ce noviciat dans son déménagement  à la maison du Sacré-Coeur et en devient le directeur général. Attent d'une congestion cérébrale il s'éteindra le 23 octobre 1890.

Honorer un modèle

" Spirituel, pieux, attentif, méritant de son vivant. On dit que des phénomènes extraordinaires se seraient produits  sur son intercession. Frère Arnould considéré par ses contemporains comme un saint homme se devait d'être proposé comme un modèle en 1905" poursuit Emile Noirez. 

" Ses écrits furent épluchés, les témoignages de ceux qui l'avaient connu cossignés. Mais en raison des lois anti-congrégations religieuses, puis de la guerre 1914,  puis la suivante, le  procès en béatification repris en 1937 fut à chaque fois repoussé alors que le nombre de faveurs obtenues par l'intercession de Frère Arnould allaient s'accentuant." 

Il reprit sous le ministère du regretté cardinal Marty. " En Haute-Saône, une femme qui était atteinte d'un cancer du sein et qui invoqua  Frère Arnould  fut miraculeusement guéri" explique le frère des écoles chrétiennes, " en dehors des lois normales de la médecine." 

Frère Arnould gagna son " galon" de Bienheureux, dernière marche avant d'être canonisé, de devenir un Saint.

Il faudra pour cela n nouveau miracle. Le tribunal diocésal charger de mener le procès en canonisation devra alors se réunir.

Si son verdict est favorable, le dossier sera transmis à la congrégation pour les Saints à Rome.

Mais Dieu seul sait quand!

Alain MOYAT

 

(légende:Une pensée de Frère Arnould:  "  Les Saints se forment, non pas par des oeuvres extraordinaires, mais par leur fidélité à bien faire ce que Dieu veut." )