S'il y a 90 ans, Farman et Berlioz traçaient dans le ciel de  Bétheny une grande page de l'histoire aéronautique, depuis 1950, des constructeurs d'avions entreprennent à Reims.

5211 -max holste

 

Avril 1950.-A nous deux Reims. " Petit, brun, carré d'épaule "  Max  Holste s'installe dans un petit atelier de l'Impasse Boisonnet  derrière la gare. A cause de la guerre, l'ingénieur Niçois bonifié  dans les cabinets d'études de Farman et d' Amiot, concepteur et  constructeur de plusieurs prototypes d'avions,  estime avoir déjà perdu du temps. Il en est persuadé: de ses premiers enfants: un  monoplan en bois à ailes surbaissées ou médianes, un racer de  compétition tout en métal, un planeur haute performance, un S 25  en magnésium, un MH 20 et un MH 52 avion d'école et d'acrobatie, il va enfin pouvoir imposer son petit dernier enfanté en  Champagne, mis au point sur l'aérodrome de Reims-Bezannes. 

Le MH 152 qui " se pose sur un mouchoir " . Si l'avion est lent (240  km/h), rustique, son frère, le MH 1521 allait vite séduire l'armée  en 1954. La " jeep de l'air " , avion sanitaire et d'observation  fait la guerre d'Algérie, sert en Argentine, en Haute-Volta. Vite  les 100 m˝de l'atelier du centre-ville sont trop exigus. En juin  1956 Max Holste loue au département les anciens locaux du CBR rue  Gosset (aujourd'hui Jacquart). 

Trois cent dix neuf appareils y sont fabriqués et testés sur l'aérodrome Saint-Léonard sous l'oeil  aiguisé de Pierre Henry, directeur des essais et Jouannet, chef  pilote. L'usine emploie 250 salariés.

5218 - max holste2

 Septembre 1959, un nouvel avion (MH 250 et MH 260)prend son envol. Trog gros pour les  capacités de l'unité rémoise l'avion le " Super Broussard " est sous  traité avec Nord Aviation. Simultanément, Max Holste cède 49 puis  51% de ses actions à la firme Cessna. Et ce sont sur les  bases de  la société nouvelle Max Holste naît alors Reims Aviation en 1962  présidée par Paul Mazer secondé par le héros de la seconde guerre  mondiale Pierre Clostermann, alors député de la Marne. Une  nouvelle aventure allait commencer, parsemée de joie, de plans de  licenciement constestés, parfois annulés, d'inquiétudes et  d'espoirs. Suivie jusqu'en 1981 par l'ingénieur Max Holste. 

37 ans déjà

Installé d'abord sur le terrain de Saint-Léonard, Reims Aviation  reprend la fabrication des "Broussard " et " Super Broussard" rebaptisés Nord 262. Vite l'unité rémoise  coopére avec la firme  américaine Cessna aircraft compagnie dont elle fabrique le F 172  D. Trois ans plus tard Reims aviation fête son 200e appareil,  travaille parallèlement en sous-traitance avec Nord Aviation,  Marcel Dassault. 

1967: Reims aviation doit déménager car la ville de Reims crée la  zone industrielle sud Est. S'installe près de l'aérodrome de  Prunay. Avions de voyage, de travail aérien, d'acrobatie, de  guérillas aussi, (mais la firme n'en parle pas trop), Reims Aviation forte du savoir faire de son personnel construit jusqu'à 500 appareils (FR 172, FA 150 etc par an). Fête son 5 533e avion  en 1980. Le ciel pourtant s'obscurcit. Pas de chance le  gouvernement français préfère le brésilien au  Cessna pour renouveler ses avions écoles militaires. Les temps  sont durs. Les Champenois mettent au point en 1983 à Prunay le  prototype d'un Falcon  F 406. Mais la concurrence augmente. Les  constructeurs ont tendance à rapatrier chez eux les marchés de  sous-traitance. Les effectifs fondent. Les conflits sont nombreux,  souvent tendus. Pas facile d'être un constructeur indépendant. En  1989 Pierre et Jean-Paul Chaufour reprennent l'entreprise qui  connaîtra encore bien des hauts et encore plus de bas. A la tête  du  holding compagnie française Chaufour investissement, le grand  patron Jean-Paul Chauffour rétablit le dialogue social, mise sur  la qualité du F 406, " un biturbopropulseur moderne de grande  classe."  En version " Sumar " , " Polmar " , " Vigilant " l'appareil  sert à la carte les douaniers garde-côte ou les militaires. Reims 

Aviation continue le marché de sous-traitance pour les Falcon, les  Airbus 320/ 330/340/. Autre complément d'activité, Reims Aviation  entend monter un atelier de réparation et de maintenance sur la  plate-forme multimodale de Vatry.

 Bon vent.

 (Légendes photos: Une visite de l'usine Max Holste en 1957avec à droite Pierre Clostermann

-La presse  relate régulièrement l'épopée Max Holste)